AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tout l'humour de Clemenceau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Strange
Cafouilleur-en-chef *
Cafouilleur-en-chef *
avatar

Masculin Cancer Serpent Age : 52
Nombre de messages : 572
Eowine
108 / 300108 / 300

Localisation : Paris
Loisirs : Sport, lecture, informatique

MessageSujet: Tout l'humour de Clemenceau   Dim 21 Fév - 12:29

Je vais, jour après jour, vous faire partager quelques phrases et anecdotes sorties de ce livre dont je vous ai donné le titre dans le sujet. Georges Clemenceau était surnommé Le Tigre, et ce parce qu'il était vraiment dur avec ses contemporains, en voici quelques exemples :


LE TIGRE SE FAIT LES GRIFFES ...

... sur la politique en général



« Clemenceau, écrit Sacha Guitry, est le prototype du Français spirituel. En aucune circonstance, fut-elle dramatique, il n'imposait le silence à son esprit mordant, impitoyable et clair. »

* * *
En politique on succède à des imbéciles et on est remplacé par des incapables.
***
Un parlement c'est un ramassis de ce qu'il y a de plus nul, de plus ignorant et de plus vulgaire dans ce pays ... La cause en est simple : ces gens sont là par la grâce du suffrage universel ...
***
Un gouvernement est une assemblée de médiocres, d'ignares et de roublards sans scrupule, nommés par un président de la République lui-même médiocre et ignare ...
***
La politique me fait l'effet d'un énorme cabestan auquel sont attelés un grand nombre d'hommes pour soulever une mouche ...
***
Un traître est celui qui quitte son parti pour s'inscrire à un autre ; et un converti, celui qui quitte cet autre pour s'inscrire au vôtre.
***
Clemenceau était farouchement antiparlementaire, on l'aura compris. Un jour qu'il participait à une partie de chasse, un vol d'oiseaux passa au-dessus de lui. Il se tourna vers le garde(-chasse) :
    - Qu'est-ce que c'est ces bêtes-là ?

    - Ce sont des étourneaux Monsieur le président.

Clemenceau considéra ces centaines d'oiseaux qui volent vers le couchant et dit :
    - Oh, la belle majorité !

***
Au cours d'une autre partie de chasse à laquelle il avait été convié par un riche sénateur, Clemenceau se trouva, à table, aux côtés du romancier Paul Brulat.
    - Et vous, Brulat, demanda-t-il, êtes-vous un bon fusil ?

    - Oh non, Monsieur le Président, je suis plutôt maladroit. Et je crains même d'être un danger pour mes voisins ...

Alors le Tigre s'adressant au maître de maison qui lui faisait face :
    - Vous avez entendu cher ami

Et, en désignant les ministres présents, il ajouta à mi-voix :
    - Placez-le bien ! ...

***
Clemenceau ne participait jamais aux fêtes du 11 novembre. Comme son secrétaire Jean Martet s'en étonnait, il lui répondit :
    - Bien sûr, je pourrais aller à l'Arc de Triomphe comme tous les membres du gouvernement, mais je n'en vois pas la nécessité. Savez-vous à quoi sert la minute de silence que ces messieurs observent religieusement ? Elle leur permet de penser à la note de leur tailleur et à leur petite amie ... Je ne vais pas me déranger pour cela ...

***
Un jour, le rédacteur politique d'un grand quotidien écrivit à plusieurs personnalités pour leur poser la question suivante :
    « Que pensez-vous du régime actuel ? »
    (Il s'agissait du Ministère Leygues)

Clemenceau, consulté bien entendu, répondit :
    - Comment avez-vous pu penser, mon cherconfrère, que je donnerais mon opinion sur les hommes qui sont au pouvoir ?

Mais comme il voulait tout de même que l'on sache ce quil pensait de ses messieurs, il ajouta en post-scriptum cette simple formule :
    0+0+0+0+0 = 0 !

***
Le scandale de Panama éloigna Clemenceau du pouvoir pendant 13 ans.
En mars 1906, enfin, les électeurs du Var l'ayant ramené à la Chambre, il fut appelé en consultation par Jean Sarrien qui constituait son cabinet. Le futur chef du gouvernement avait organisé une petite réception. Il conduisit Clemenceau devant le buffet :
    - Et vous cher ami, que prendrez-vous ?

Clemenceau feignit de se méprendre sur le sens de la question et répondit :
    - L'Intérieur !

Sarrien, qui connaissait le caractère du Tigre, redouta un éclat et n'osa pas lui préciser qu'il lui offrait simplement un rafraichissement ...
Et Clemenceau s'installa place Beauveau, au ministère de l'Intérieur.
***
Au cours des années 1909-1910, l'extrême-gauche attaqua violemment Clemenceau. On l'accusait d'avoir « des ambitions dictatoriales ».
Un jour, à la tribune de la Chambre, un député socialiste s'écria :
    - Je ne veux pas attendre plus longtemps pour dénoncer M. Clemenceau, il est candidat au césarisme !

Clemenceau, de son banc :
    - Pas possible !

L'orateur continua :
    - Vous vous apprêtez à monter au Capitole...

Alors, le Tigre, avec un grand sourire :
    - Même si c'est vrai, mon cher collègue, vous avertissez trop tôt !

Le lendemain, un journaliste écrivit, en rapportant ce mot : « Hélas, dans une assemblée composée en majorité d'illettrés, cette allusion aux oies du Capitole ne fut pas comprise par tout le monde ! »...
***
Un jour que Clemenceau était à la tribune de la Chambre, il fut interrompu à plusieurs reprises par un député. Il le pria de le laisser parler.
    - Mais j'ai le droit ... j'ai bien le droit, bredouilla l'autre.

    - Vous avez le droit de tout faire, Monsieur, clama le Tigre. Excepté mon discours !

***
Un préfet du Midi ayant appris que le Tigre avait décidé de le révoquer, accourut à Paris, se précipita au ministère de l'Intérieur et demanda à Clemenceau les raisons de sa disgrâce :
    - Que me reprochez-vous ? D'être une fripouille ou un imbécile ?

    - On peut cumuler, répondit calmement Clemenceau.

***
L'humour du Tigre était parfois rabelaisien. En 1893, alors qu'il faisait une tournée électorale dans le sud de la France, Clemenceau, légèrement grippé, dut garder le lit pendant deux jours. Or un matin, un brave homme se présenta et insista tant pour être reçu que le Tigre dit à son secrétaire :
    - Faîtes-le entrer ! Il ne faut jamais décevoir un électeur.

L'individu pénétra dans la chambre et, avec un fort accent méridional, attaqua d'emblée :
    - Alors Monsieur Clemenceau, ça va ? Je ne serai pas long, je n'ai qu'une question à vous poser... Parce qu'ici, dans le Midi, Monsieur Clemenceau, les questions on les pose ! Voilà : quand vous arrivez dans une ville, tout le monde vous accueille en criant : « Aoh, yes ! »...

Sous ses draps, le Tigre se mit en boule mais ne dit rien.
    - Il y a bien une raison ? Hein ? Alors ma question est celle-ci : qu'est-ce qui a bien pu donner naissance aux bruits malveillants qui vous présentent comme un agent de l'Angleterre ?

D'un geste sec, Clemenceau rejeta le drap qui le recouvrait :
    - Je vais vous expliquer...

Et frappant « la partie charnue de son individu », comme disait André gide, il ajouta :
    - Cher Monsieur, voyez-vous, la reine d'Angleterre, qui est une femme charmante, est folle de ce bijou-là... Elle n'en veut pas connaître d'autre...

Le visiteur, éberlué, s'enfuit sans rien trouver à dire.
***
***

_________________
  • La peur accompagne la possibilité de mourir, le calme accompagne la certitude
  • On n'est pas le meilleur quand on le croit mais quand on le sait
  • Ce qui ne me tue pas me rend plus fort
  • Le chat a été créé pour que l'homme puisse caresser le tigre
  • Mieux vaut se taire et passer pour un imbécile plutôt que l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
http://prasak-kulturni.zxq.net
 
Tout l'humour de Clemenceau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dada soulève tout.
» Peut-on rire de tout ?
» Stop tout !!!
» LBP2 retardé car tout le monde ne peut pas connecter sa PS3
» Tekilah...Pandawater plus tout frais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la guilde Eowine :: Taverne : "A la p'tite mousse d'Eowine" :: Salle de détente-
Sauter vers: